Archives de la catégorie ‘Ce que je joue’

Nouvelle vie…

Publié: mars 6, 2012 dans Ce que je joue

Je vais aujourd’hui vous présenter la dernière chanson de mon répertoire. Pour être tout à fait exact, c’est même la première. En effet, elle date d’environ 2005 à l’époque où je débutais à la guitare et où je vivais encore chez mes parents. Même si mon état d’esprit était évidemment différent, cela reste une chanson triste et qui parle malheureusement de quelque chose qui nous touche tous au cours de notre vie. Elle s’intitule « Nouvelle vie ».
Commençons donc par une écoute

Nouvelle vie

Et les paroles

Elle est arrivée
Un beau jour d’été
Devant une beauté
Que l’on appelait divinité

Hélas, c’est perdu, je ne la verrai plus
Hélas, c’est perdu, je ne guérirai plus

Elle répétait pourtant parfois
Je ne partirai pas
Laissant derrière moi
Un sentiment froid

Hélas, c’est perdu, je ne la verrai plus
Hélas, c’est perdu, je ne guérirai plus

Mais ce n’est pas fini
Il reste le paradis
Commencer une nouvelle vie
Sans faire les mêmes conneries

Cela parle donc des gens qui quittent, parfois bien trop tôt, notre monde. Les deux premiers couplets sont assez « rudes » mais énoncent les faits. Le refrain montre que la guérison de ce genre de maux est très compliquée voire impossible mais qu’on arrive, ou du moins on essaye, au bout d’un laps de temps plus ou moins long, à vivre avec ce « fardeau ». Notons une petite note optimiste dans le dernier couplet, qui essaie de dire que la vie continue, que ça soit dans notre monde ou ailleurs et qu’il faut apprendre de nos erreurs pour avancer.

S.

Publicités

Quand on veut, on peut…

Publié: février 21, 2012 dans Ce que je joue

C’est un adage que l’on utilise souvent, mais sans trop y croire. Pourtant, je pense que cela est bien plus vrai qu’on ne peut le penser. C’est ainsi que je vais vous présenter une 3ème chanson (qui fut la 2ème dans l’ordre chronologique de composition) et s’intitule « Au Pouvoir ». Commençons, comme à l’accoutumée, par une écoute :

Au Pouvoir

Ainsi que les paroles :

Voici le début du chemin
Emprunté pour fuir le chagrin
Mais ce n’était que le destin
D’arpenter pour longtemps ce chemin

La pierre du jugement est la première
La pierre de la tolérance est la dernière

Au pouvoir de dire sans raison
Que je veux le faire à ma façon
Au pouvoir de dire avec conviction
Que ce que je fais me semble bon

La fin du chemin semble si loin
Mais en regardant bien ce destin
Trop de gens présents y sont malsains
Et peu de gens y sont à la fin

La pierre de la haine est la première
La pierre de l’amour est la dernière

Au pouvoir de dire sans raison
Que je veux le faire à ma façon
Au pouvoir de dire avec conviction
Que ce que je fais me semble bon

Une fois de plus, rien de très compliqué dans les paroles, l’essentiel est dit dans le refrain. Les couplets peuvent être un peu plus subtiles, et je vous laisse le soin de vous faire votre propre interprétation. Le message passé ici est donc que l’on doit croire en ce que l’on fait, ce que l’on dit, avoir ses propres convictions, au delà de ce que certaines personnes peuvent penser. Cela s’intitule « Au Pouvoir » car c’est à mon sens une réelle force quand on arrive à appliquer cela. Notre libre-arbitre, qui nous autorise à faire et dire ce dont on a envie, avec certes une pleine conscience des conséquences, est quelque chose de trop important pour être négligé.

S.

Au commencement…

Publié: janvier 23, 2012 dans Ce que je joue, Musique

Voilà mon premier article.

Tout d’abord, pour ceux qui ne me connaissent pas, un « what about Sébastien » est disponible dans l’onglet en haut à gauche.

Quoi de mieux pour le premier article qu’une présentation d’une de mes chansons ? Ca sera un bon moyen de rentrer dans le vif du sujet.

Pour ceux qui ne le savent pas, cela fait maintenant quelques temps que je compose. Cela ne veut pas dire que le catalogue est rempli, bien au contraire, car la composition nécessite du temps et surtout de l’inspiration, qui, comme vous pouvez l’imaginer, joue à « je t’aime moi non plus » avec l’écriture. C’est pourquoi ma première chanson, intitulée « Nouvelle vie » (dont l’estimation de la date d’écriture se situe entre 2004 et 2005) a laissé un énorme vide avant de voir arriver deux soeurs (intitulées « Au pouvoir » et « Accroche-toi ») en 2010. La dernière en date est assez récente (2011) et s’appelle « La Bouteille ». C’est donc elle que j’ai choisie de vous présenter.

Commençons d’abord par une écoute…

http://www.bumeez.com/player1.php?u=4f1dd4e853eaa

Et les paroles pour ceux qui émettraient, à juste titre, la critique sur le fait que la voix manque de « punch » et/ou d’articulation.

Il n’arrivait pas à dormir sur ses deux oreilles
Il s’est alors levé pour ouvrir sa bouteille
Pensant que cela l’aiderait à trouver le sommeil
Et oublier ses problèmes jusqu’à la sonnerie du réveil

Sa bouteille lui fait vivre un calvaire
Sa bouteille lui dit ce qu’est l’enfer

Il commença sa journée un chuia endormi
Il voulait emmener sa bouteille partout avec lui
Elle a dit « où tu vas, où tu iras, je te suis »
Il en a perdu sa femme, son job et son permis

Sa bouteille lui fait tout enfouir

Sa bouteille lui fait oublier ses souvenirs

Il tituba encore un soir tout seul dans la rue

Pensant qu’avec sa bouteille il a tout perdu
Mais qu’un jour il pourra récupérer ses dus
En se disant « ce n’est pas grave de ne pas avoir bu »

Sa bouteille rend son avenir trop dur

Sa bouteille rend son avenir impur
Sa bouteille l’a rendu plus mûr
Sa bouteille a fini aux ordures

Comme vous l’avez peut être remarqué, ce n’est pas une chanson spécialement gaie. Le thème abordé peut s’avérer assez complexe si l’on y sent la gravité. En effet, cela peut être vu comme une simple énonciation des effets de l’alcool sur l’être humain et la société, mais d’une manière un peu plus profonde, cela permet de voir à quel point l’alcoolisme peut être une maladie salement vicieuse qui entraîne son commanditaire dans des lieux où parfois personne ne peut en revenir, en balayant tout sur son passage (éviction de la famille, de la société, isolement etc.)

Bon je vous l’accorde, pour un premier article, c’est un peu sombre, mais ce n’est que la triste réalité des choses, et la réalité mérite d’être énoncée. Mais rassurez-vous, c’est à mon sens, la chanson la plus « sombre » de mon répertoire.

S.