Archives de la catégorie ‘Vie Quotidienne’

En désintox’

Publié: mars 6, 2013 dans Vie Quotidienne

Septembre 2006 : premières soirées en école d’ingénieur. La pression (pas la boisson, l’autre) des concours des classes préparatoires qui retombe, la charge de travail moins importante, les soirées folles (je ne vais pas vous faire un dessin, vous connaissez la réputation). La première clope s’allume. Puis la deuxième.

Au début, ce n’est qu’en soirée. Et comme tout le monde dans ces cas là, je me dis « ça ne sera qu’en soirée, je ne suis pas dépendant », jusque l’achat du premier paquet à la place de taxer une cigarette aux copains.
C’est à ce moment qu’ont commencées 6 années de dépendance, rythmées par quelques arrêts qui varient entre quelques semaines et 6 mois.

C’est en février dernier, que mon colocataire, également fumeur, suite aux recommandations de sa douce et tendre, décida et donc me proposa, d’arrêter. Et c’est vrai, à deux, c’est plus facile.

Le temps de finir nos derniers paquets et nous voilà le dimanche soir, à fumer ensemble notre « dernière » (la meilleure il paraît). Ca peut paraître bête, mais ce fut un moment intense et riche en émotions.

Lundi 11 février : c’est parti pour le premier jour sans clope. C’est plus facile que je ne le pensais. Le plus dur n’étant pas le manque de nicotine mais plutôt la gestuelle, les clopes dites « sacrées » comme celle avec le café du matin, celle après déjeuner, celle après dîner, celle d’après sexe.
Et les plus dures, à mon sens, celles de soirée. Les fumeurs (ou ex fumeurs) savent de quoi je parle. Un verre, puis un autre, et l’alcool appelle la cigarette.
Malgré mon appréhension, la première soirée s’est bien déroulée. La deuxième aussi, jusque ne (quasiment) plus y penser sur les suivantes.

D’un point de vue physiologique, la première semaine s’est caractérisée par un énorme appétit, compensée par des bonbons, des chewing-gum et autres confiseries. J’ai limité la casse sur la prise de poids, inexistante.
J’ai également remarqué (et ce pendant une course à pied) la baisse de ma fréquence cardiaque.
Enfin, et c’est le plus significatif, mon odorat face à la cigarette s’est amplement développé, et notamment, cette odeur du fumeur qui vient d’en griller une, qui je vous l’accorde, est assez désagréable. 

Cela fait maintenant trois semaines. L’envie n’est plus trop présente (sauf à quelques moments stratégiques) et les affronts physio-pyschologiques sont, je l’espère pour la durée la plus longue possible, derrière moi…et après tout, qu’il y a t-il de plus rock’n’roll qu’une bonne désintox ?

PS : je tiens à remercier tous les gens qui me soutiennent au quotidien dans cette démarche. Ils se reconnaîtront.

Publicités

Initiation à la photographie

Publié: décembre 3, 2012 dans Vie Quotidienne
Mon voyage approchant à grands pas, je me suis dit que le meilleur moyen de partager mes découvertes et mes coups de coeur serait la photographie. J’en suis donc arrivé à la réflexion suivante : « Oui mais ça serait dommage de se retrouver face à telle ou telle situation et ne pas savoir prendre la photo ou qu’elle soit mauvaise ». C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de m’initier à ce domaine qui semble très technique et très artistique, mais c’est également le moyen de m’intéresser à d’autres choses que mes passions actuelles.
 
Première étape, acheter du matériel. Quitte à investir et sachant que l’utilité sera grande, je n’avais pas envie d’être « bridé ». Je me suis donc dirigé vers un réflex, même si les compacts ou hybrides sont de nos jours performants. Il m’a donc fallu discuter longuement avec mon entourage (amis, collègues) connaissant la photo pour avoir de précieux conseils en corrélation avec mon besoin, celui-ci étant les photos de paysages, photos de rues et vie quotidienne, et dans une moindre mesure, des portraits. Mon budget initial était de 800€. Le matériel que l’on m’a conseillé dépassait un peu, pour arriver à 900€. J’ai donc fait l’effort, persuadé que cela sera rentable sur le long terme avec quelque chose de performant. Le résultat a été l’achat d’un Canon EOS 600D avec un objectif Sigma 17-70mm f/2.8-4 (pour les connaisseurs) et une sacoche pour le transport, le tout acheté sur Digixo.com, et récupéré en point de retrait à Paris le soir même.
 
Après m’être renseigné sur les techniques de base de la photographie (toujours avec les mêmes personnes), j’ai donc pu commencer à apprivoiser mon appareil, qui deviendra probablement pendant mon tour du monde, mon meilleur ami, mon confident et l’image de mon oeil pour vous faire parvenir ma vie à des milliers de kilomètres de vous…
 
Amicalement,
 
S.
 
PS : Le résultat de mes deux premières sorties parisiennes est disponible sur Flickr, sous le pseudo « slashisback.gallery », avec le lien suivant :  Mes premières photos

La semaine du bonheur

Publié: octobre 22, 2012 dans Vie Quotidienne

Parfois, le hasard du calendrier fait bien les choses. La semaine dernière en est le parfait exemple avec un programme très riche en émotions. Retour ce qui a été la plus belle semaine depuis bien longtemps.
 
Samedi 13 octobre :
J’ai encore eu la chance d’être sélectionné pour le Live-Tweet du match Racing Métro 92 vs Munster au Stade de France. Une fois de plus, l’équipe d’Human Inside, chargée de l’évènement, a mis les petits plats dans les grands. Je retrouve quelques copains avec qui nous passons une superbe après-midi, rythmée par un beau match, des vidéos divertissantes, le tout sous le signe de la bonne humeur. Le rugby spirit comme on dit. Le samedi soir est réservé au repos pour préparer le dimanche.
 
Dimanche 14 octobre :
Malgré une entorse du genou quatre semaines plus tôt, une bronchite/rhume/sinusite carabinée la semaine avant, je suis quand même prêt pour le 20km de Paris que je prépare depuis des mois. C’est donc à 7h30 que le réveil sonne. Au programme, un petit déjeuner de champion, un réveil musical, et direction la Tour Eiffel pour aller faire un « petit » footing avec 25 000 participants. Dès le début de la course, la pluie a décidé de se joindre à nous pour nous encourager. C’est pour moi la première fois que je participe à une course officielle et l’ambiance qui y règne est géniale. Les coureurs applaudissent, crient, félicitent les courageux groupes de musique venus mettre de l’ambiance. Après 1h53mn27s, je franchis la ligne d’arrivée, très satisfait de ma course où je pensais rencontrer plus de difficultés, qu’elles soient mentales ou physiques. Je récupère ma médaille, ma tablette de chocolat et je presse de rentrer à la maison pour prendre la douche chaude la plus agréable du mois. 
 
Jeudi 18 octobre :
C’est là que commence la partie musicale de la semaine. Un peu moins de trois semaines après la sortie du nouvel album de Muse « The 2nd Law », que personnellement je trouve génial et que j’ai déjà écouté une bonne cinquantaine de fois, le trio britannique se produit à Bercy. Cela fait déjà quelques mois que j’ai les places et ça sera la 10ème fois que j’assiste à leurs concerts. Comme à chaque fois qu’ils viennent en France, c’est toujours aussi populaire. C’est pourquoi je décide d’aller attendre devant la salle à partir de 16h30 en espérant être bien placé dans la fosse. L’astuce a été de rejoindre des copains qui attendaient depuis 13h en soudoyant les autres personnes à coup de Schokobons. Technique infaillible. Nous arrivons donc dans la salle et sommes placés à 5m de la scène. Le concert, une fois de plus, est orgasmique. Tout y est, une énergie folle, une setlist quasi parfaite, une communication avec le public qui leur faisait défaut à leurs débuts (et jusqu’à la dernière tournée). C’est euphorique que je rentre chez moi, où je trouve le sommeil quelques heures après. 
 
Samedi 20 octobre :
Après mon groupe préféré, c’est au tour de mon guitariste préféré de se produire à Paris, Slash. L’ex guitariste des emblématiques Guns’N’Roses et des Velvet Underground est en effet en tournée européenne afin de promouvoir son nouvel album Apocalyptic Love, featuring Myles Kennedy and the conspirators. Ces places m’avaient été offertes pour mon anniversaire (quel magnifique cadeau) par un ami, qui malheureusement n’a pas pu venir. C’est donc à une autre personne que j’offre la deuxième place. Nous allons donc au Zénith, buvons quelques bières (c’est une tradition pour les concerts dans cette salle) en attendant, discutons avec des toulonnais (je vous l’ai dit, le hasard fait bien les choses) qui nous affirment que le concert commence à 20h55. Mais non, c’est à 20h30 que nous entendons des cris et un son bien lourd. Nous accourrons donc vers l’entrée et arrivons pendant la première chanson. S’en suit 2h de concert absolument dingue, avec un Slash à l’état de dieu vivant. Paris était bien ce soir là la « ville paradisiaque » où l’herbe est verte et où les filles sont jolies.
 
Amicalement,
 
S.

Protégez-vous

Publié: février 20, 2012 dans Vie Quotidienne

Vous vous attendez sûrement à ce que je vous parle du préservatif mais loin sans faut, les campagnes de prévention à ce sujet sont bien plus éloquentes que mes mots. Je vais vous parler de quelque chose également très important, dont on néglige souvent de prendre soin (à tort malgré la fragilité), nos oreilles.

L’ouïe (rien à voir avec un roi de France) est un sens magnifique qui nous a tous permis de vivre des émotions inégalables grâce notamment à la musique. Cependant, nos oreilles sont très sensibles et très fragiles. Il faut donc en prendre soin afin de pouvoir bénéficier d’une pleine audition le plus longtemps possible.

Je vous parle de cela car j’ai récemment fait le constat que d’assister à des concerts depuis mon adolescence rendait mes après concerts audiblement compliqués…vous l’aurez compris, ces pourritures d’acouphènes (l’acouphène est ce sifflement strident qui résonne en permanence et que l’on remarque surtout dans le silence le plus complet). Après avoir consulté un ORL et effectué un test d’audition (qui, à ma grande surprise s’est révélé très satisfaisant), nous avons parlé des moyens de conserver mes « outils » qui me permettent de vivre pleinement ma passion pendant encore de nombreuses années. C’est ainsi que je me suis acheté une paire de filtres auditifs. Ce ne sont pas de vulgaires bouchons d’oreille en mousse (souvent ceux fournis dans les festivals ou autre) mais plus des bouchons en polyester, réutilisables et lavables à souhait. Coût d’investissement : 30€, ce qui est plus que raisonnable. Cela ressemble à ça.

Filtres auditifs Acoufun

Je les ai testés lors du concert des Red Hot Chili Peppers à Bercy où j’étais dans la fosse et donc où le son était vraiment fort (trop fort). Après un petit temps d’adaptation, on ne les sent presque plus et le son est beaucoup plus agréable car nous avons moins l’impression d’être agressé et le sentiment de saturation n’est pas atteint. Par simple curiosité (n’y voyez pas là du masochisme), j’ai ôté mes bouchons pendant le concert…pendant environ 5 secondes avant de les remettre tout de suite.

L’avantage de ces filtres est qu’ils laissent passer tout le spectre sonore, des fréquences basses aux fréquences aïgues (contrairement aux bouchons en mousse qui eux ne laissent passer en partie que les fréquences basses, d’où la sensation de n’entendre que les « boum boum boum »). Bien sur, cela ne vaudra jamais le son sans protection mais semble être un bon compromis. Toutefois, je ne vous cache pas, et c’est un tort, les utiliser à tous les concerts. En effet, pour des concerts de groupes qui me passionnent, je n’arrive pas encore à me contraindre à réduire la qualité sonore.

A mon humble avis, les concerts auxquels nous assistons n’ont pas beaucoup d’effets néfastes à court terme, et c’est là le piège. Dans un an, deux ans, cinq ans, notre audition aura faiblement changé, mais qu’en est il dans vingt, trente ans ? Nous serons peut être interdits de concerts afin de ne pas faire exploser nos tympans. Et si vous voulez entendre, sans appareillage, les premiers mots de vos petits-enfants, je vous encourage fortement à vous protéger le plus tôt possible.

Aujourd’hui, je vais vous parler de ce réseau social auquel je suis devenu complètement accroc..Twitter.
Beaucoup me demandent « Mais à quoi ça sert ? ». Je vais donner ma vision des choses, celle que j’explique oralement aux gens.
Avant d’expliquer l’utilité de Twitter, commençons par des détails techniques.

Twitter est un réseau social où l’on s’abonne à des comptes (un compte est représenté par un @). Derrière ces comptes peuvent se trouver des personnes ou des représentants d’entités (groupes de musique, associations, entreprises, chaînes télévisées etc.). Contrairement à d’autres réseaux sociaux comme Facebook, l’abonnement à un compte est unilatéral, pas besoin que ce compte valide pour le suivre (« follow » selon le terme Twitter). L’idée est d’ensuite « tweeter », c’est à dire envoyer des messages de 140 caractères pour raconter ce que l’on veut. Cela peut aller de « J’ai mangé des pâtes à 20h42 ce soir » à des informations plus pertinentes comme du partage d’articles, de vidéos, de photos, d’informations récoltées sur l’Internet. Le twitter actif (qui consiste à tweeter et suivre les tweets) n’est pas obligatoire évidemment. Beaucoup utilisent Twitter de manière passive en ne faisant que lire les tweets des gens auxquels ils sont abonnés. Mise à part quelques usages courants utilisés par la communauté Twitter, l’essentiel est dit.

Venons en à l’utilité de ce réseau social.

Tout d’abord, Twitter est une source d’information à mon sens inégalable. En s’abonnant aux bons comptes, la richesse des informations est très pertinente et très rapide. Honnêtement, les informations « mondiales » arrivent la plupart du temps en premier sur Twitter, et souvent quelques minutes après les évènements concernés. La méthode du « Retweet » qui consiste à diffuser à tous les gens qui sont abonnés à votre compte un tweet que vous avez trouvé pertinent fait effet boule de neige, car dans ces cas là, nous voyons des tweets de comptes auxquels nous ne sommes pas abonnés.

Cela permet également, d’un point de vue personnel, de centraliser tous ses centres d’intérêts. Ainsi, si je m’abonne à mon groupe favori, à mon journal favori, à mon club sportif favori, j’aurais toutes leurs nouveautés dans ma TimeLine (endroit où apparaîssent tous les tweets des ses abonnements). Plus besoin d’aller consulter 36 sites internet.

De plus, ça permet que l’information vienne à nous et non le contraire. Cela a pour avantage qu’on peut recevoir de l’information à laquelle on n’aurait pas pensé et qui peut attiser notre curiosité, nous faire découvrir de nouvelles choses.

Si l’on utilise de manière plus active, Twitter permet de partager beaucoup de choses. Cela peut aller de la promotion d’évènements, de son blog (comme je l’ai fait avec le mien), de la culture etc. On peut également partager avec les gens qui ont les mêmes passions.
Par exemple, étant passionné de rugby, je suis (à comprendre au sens « suivre ») énormément de passionnés de rugby avec lesquels nous avons beaucoup de discussions, débats, partage d’articles…Il y a aussi ce qu’on appelle des LiveTweet (LT dans le jargon Twitter) qui permet de commenter des évènements pour faire partager aux autres. C’est comme par exemple, si tous les commentaires audio d’un match étaient retranscrits sur Twitter.
A ce sujet, en ce moment, le Stade de France organise un jeu concours pour le match Stade Français – RCT qui aura lieu le 18 février. Le but du jeu est de partager le plus possible, via Twitter, sa passion pour son club et former une équipe de Live Tweeteur qui commenteront le match depuis les loges du stade. Cette équipe affrontera l’équipe adverse au sein d’un match dans le match. L’équipe organisatrice de l’évènement organise même une visite du stade pour les gagnants, de quoi émerveiller les passionnés.

Pour conclure, la meilleure façon de se rendre compte de la puissance de ce réseau social est de l’essayer. Et comme le dit si bien l’adage : « l’essayer, c’est l’adopter ».

S.

PS : Pour ceux qui désirent suivre mes aventures, mon compte est @slashisback, que vous pouvez suivre en cliquant en bas du menu à gauche. Vous avez même à disposition dans ce même menu mes 2 derniers tweets.